Les sports extrêmes et la religion

La mort, cette belle inconnue.
Depuis la nuit des temps, la mort a toujours fait peur. L’être humain a tenté de l’expliquer pour se rassurer avec des croyances et des religions.  Dans tous les coins de la Terre et à des époques différentes, chaque civilisation a inventé quelque chose pour justifier ce passage dans l’eau-delà. La religion était née et chacun a la sienne, qui explique qu’il y aurait bien une vie après la mort et que quelque chose nous attend ensuite. Depuis toujours on vit avec l’espérance que la mort ne soit pas la fin et même parfois un début pour certains.
Quelques scientifiques ont réussi à démontrer le contraire en expliquant, preuves à l’appui, que nous sommes issus d’une évolution et non d’une création mais ces gens sont très peu écoutés face à la crainte de la mort.  Et c’est tout à fait respectable car chacun a le droit de penser et croire ce qu’il veut, que Saint Pierre nous attend aux portes du Paradis, que 72 vierges par personne seront prêtes la-haut ou qu’on sera réincarné en chat.
Mais si on ne sait toujours pas s’il existe une vie après la mort, on sait de source sûre, qu’il y en a une avant la mort et celle-ci, mieux vaut ne pas la louper parce qu’on n’en a qu’une seule. Et jusqu’ici, personne n’est revenu pour nous raconter ce qui se passait après le long tunnel blanc. C’est là que le concept de vivre entre en jeu. Tout le monde meurt mais tout le monde n’aura pas vécu.

Vivre sa vie à fond, défier la mort et se sentir vivant, voilà des expressions et une raison de vivre que les amateurs de sports extrêmes et de sensations fortes connaissent bien. Justifier sa vie en faisant des choses folles et montrer qu’on n’a pas peur de mourir, ça peut paraitre con mais c’est aussi respectable que vivre platement en attendant que Dieu et le Diable nous jugent et nous classent en fonction des péchés qu’on a commis de notre vivant…
L’important est de vivre et de profiter de chaque instant précieux et de faire que chaque jour soit le plus beau car il y a de fortes chances pour que la mort signifie la fin et qu’une fois que le coeur s’arrête, l’esprit aussi donc dans le doute, vivez et rendez heureux les gens que vous aimez.
Ne perdez pas de vue vos rêves et accomplissez-les, quels qu’ils soient. Gravir l’Everest, surfer dans un tube à Hawaii, dévaler une pente vierge en freeride… chacun son rêve et il n’est pas toujours synonyme d’adrénaline, ça peut être aussi de traverser les USA sur la route 66 en Harley ou simplement apprendre à jouer du piano. Mais ne perdez pas de vue vos objectifs car c’est la seule chose qui vaille la peine et qui justifie qu’on soit vivant.

La foi est cependant très importante dans les sports extrêmes, mais uniquement la foi en soi car la confiance est primordiale quand on veut accomplir quelque chose de risqué. Croyez en vous car le dieu c’est vous pour le coup !
Si la foi ne déplace pas toujours des montagnes, elle peut aider à la gravir.

Le risque fait partie de la vie et on le sait bien, on va surfer dans des océans remplis de requins, skier en évitant une avalanche, sauter d’un toit à un autre… oui on n’évalue pas toujours les risques et parfois on se fait mal mais le jeu en vaut la chandelle car la vie ne vaut la peine s’être vécu que si on réalise ses rêves, et ils sont tous nobles du moment qu’ils nous rendent heureux.    Comme je le disais dans cet édito il y a quelques années, la vie est une énigme, une maladie incurable mais on n’en a qu’une, alors la gaspillez pas.
Soyez fous, soyez des super-héros et ne soyez surtout pas raisonnables et votre vie aura eu un sens le jour de votre mort.

Photo : Seb Zanella

Photo : Seb Zanella