20 bons conseils pour gagner une compétition

Top 20 des choses à faire ou ne pas faire pour gagner un contest en bmx flat.

Si vous n’avez pas la chance d’être né surdoué, voici quelques infos pour tirer son épingle du jeu grâce à la « winner attitude ».
Chez Ride or Die, on engage que des champions, élevés au grain, alors voici nos conseils pour gagner un contest et vous la raconter ensuite.

Avant le contest

1. Préparez vos tricks ou vos links
C’est vraiment la première chose à faire, s’entraîner dur pour avoir des bons links et une routine bien huilée. Un mois avant le contest, n’apprenez plus rien d’autre que vos figures de run. Et entraînez vous le plus possible, comme un dingue, vous l’aurez cette victoire !
Préparation psychologique
Le moral ça compte aussi, ayez un tempérament de gagnant, on ne remporte pas une bataille en partant perdant. Ayez la foi, ne comptez pas sur les faiblesses des autres mais sur votre propre force, qui en étonnera plus d’un. Soyez sûrs de vous, la coupe est déjà dans la popoche.

2. Attention au look
Et oui, car même avec des bons links, tout peut arriver alors mettez toutes les chances de votre côté. Souvenez vous que les juges sont souvent des pros, et ils ont toujours la classe. Alors ne venez pas habillé comme un clochard, j’en connais qui font très attention à leur style et qui savent 2 mois avant un contest comment ils seront habillés (et non je citerai pas de noms meme si vous l’avez tous reconnu).

3. Le vélo, ça compte aussi.
Avoir un vélo adapté à la situation, ça c’est normal, mais n’oubliez pas que gagner une compète, c’est surtout séduire les juges, alors si vous roulez avec leur matos, ça mettra sûrement des points de votre côté en cas d’ex-aequo. Bien sur si vous vous la racontez avec votre beau vélo mais que derrière les tricks suivent pas, là ça fait poseur et c’est encore pire que tout, mieux vaut un gars qui balance du gros avec un faux vélo que l’inverse.
Le jour du contest est arrivé, un petit check bike est plus que nécessaire, avec toute cette préparation, ce serait trop bête de flancher pour un soucis matériel, donc vérifier le gonflage des pneus, la tension des rayons et de la chaîne, nettoyez les patins (si vous avez des freins) et ayez un câble de frein et une chambre à air de rechange au cas où.

4. Défoncez tout aux practices
Au cas où vous auriez des soucis en run, autant assurer au practice, les juges s’en rappelleront, même si normalement ils ne doivent juger QUE ce qu’ils voient pendant le contest, l’inconscient vous joue parfois des tours. Mais assurer au practice ne veut pas dire foncer partout à fond, ne rentrez pas dans quelqu’un c’est pas le moment de se faire des ennemis, restez concentré.

5. Flattez les juges
Toujours dans l’optique de se mettre les juges dans la poche, allez voir un gars qui juge souvent et dites lui : « tu es beau aujourd’hui, et élégant en plus », bon sur le moment il va penser que vous êtes une tarlouze mais on sait jamais, ça peut être payant.

6. Faites vous des amis
Pour avoir la « winner attitude » il faut toujours être souriant et dire bonjour à tout le monde : « oh, super ton vélo, oh et toi, la moustache te va à ravir ». Soyez toujours positif, on le sera avec vous.

7. Faites vous remarquer
Mais dans le bon sens bien sur, un gars qu’on remarque aux practices a plus de chance de se démarquer sur la feuille de juge, il faut qu’on parle de vous.

8. Attention à la zique
N’énervez pas les juges avec des ziques bidons à l’ancienne, soyez à la page, les pros le sont toujours, un pro est parfait, c’est comme ça qu’on le reconnaît, sinon il serait pas pro.

9. Ne vous sous-classez pas
Si vous n’êtes pas sûr de gagner le contest, ne vous mettez pas dans la catégorie d’en dessous pour autant, si vous loosez aussi chez les « petits », vos potes vous louperont pas, croyez moi. Restez digne, il vaut mieux arriver 5 ou 6eme en expert avec la tête haute plutôt que 1er en amateur en frôlant les murs de honte.

10. Lâchez la pression
Un petit tour aux toilettes est conseillé avant le run, on sait jamais.

11. Penser à autre chose
Ne soyez pas obnubilé par ça, vous vous faites monter la pression bêtement. Si vous croisez un gars qui a les mains qui tremblent, toutes moites, qui claque des dents en bavant, essayez de le faire penser à autre chose que son run dans 2 mn. Dites lui que sa meuf vient de le tromper avec un gars dans les chiottes à l’instant ou qu’il vient de gagner au loto bingo, n’importe quoi mais il doit se décontracter.

12. Ne renoncez jamais
Le surfer d’argent a dit un jour : « même la défaite à son honneur, c’est le renoncement qui apporte la honte », alors foncez dans le lard, vous n’en mourrez pas de honte, le surfer est avec vous.
Soufflez lentement par le nez, allez, on est motivé, on y croit, c’est parti.

 

Pendant le contest

1. Soignez votre entrée
Pour se mettre en confiance, on fait toujours un truc qu’on maîtrise à 100% en premier, autant pour les juges que pour soi-même c’est important de réussir le départ.

2. Pas de 2eme essai
Ne recommencez pas de suite un tricks foiré, c’est pas bon de se repeter en run. Passez à autre chose, ne vous acharnez surtout jamais, j’en connais qui ont passé un run entier à refaire dump truck sans jamais y arriver. Ça se passe dans votre tête vous le savez bien car 2 secondes avant le run, ce putain de tricks passait à tous les coups.

3. La dynamique de la loose
Ne tombez pas dans la « dynamique de la loose », si vous loupez un tricks, n’en essayez pas un encore plus gros après, assurez, car au bout de 3 tricks loupés, il est extrêmement difficile de remonter en selle, vous tombez dans le cercle vicieux : plus vous tombez, plus vous vous énervez et plus vous êtes énervé, plus vous tomberez.

4. Aucun pied au sol
L’important est de rentrer ses tricks, visez un poil en dessous de votre niveau, un run sans pied est un run parfait, l’important n’est pas le tricks en lui-même mais de réussir, c’est l’inverse du practice. La plupart des juges ont l’habitude de mettre un trait sur leur feuille à chaque pied posé au sol, pour départager les gars qui ont fait plus ou moins la même chose.

5. Soignez le style
On voit souvent des gars faire des trucs plutôt simples mais avec une belle sortie, tout le monde les applaudit et ça influence forcement les juges, mettez y les formes si vous êtes assez pauvre niveau difficulté.

6. Soyez originaux
Il y a parfois 50 amateurs qui passent à la suite, tous font les mêmes tricks (cyclone, steam roller, pegs wheelie,…), les jugent en ont la nausée et parfois ne les regardent même plus. Donc faites leur plaisir (et à vous aussi en même temps), faites preuve d’imagination et d’originalité, cassez un peu la monotonie des runs de débutants en sortant un truc de folie, même si vous ne le rentrez pas, c’est pas grave, réussisez le reste, mais au moins on vous aura remarqué.

7. Promenez vous
Pour gagner du temps,si vous n’avez pas énormément de tricks et que vous avez peur de vous répéter (j’en connais qui ont passé la moitié de leur run à refaire un lacet !) et restez pas dans votre coin, essayez d’exploiter la totalité de la surface, c’est plus sympa visuellement. Montrez que vous marquez votre territoire.

8. Alternez les tricks
Roue avant , roue arrière, tricks de street, spinning, rolling,… faut pas que les juges croient que vous faites tout le temps la même chose.

9. Evitez de faire le con (ou du breakdance)
Et ne vous enflammez pas. Y en a toujours pour faire les guignols, alors ne vous la jouez pas trop, vous finirez dernier et ridicule en plus.

10. Respirez par le nez
Ca va de soi, mais certains oublient encore de bien respirer en run et manquent d’air au bout de 2mn. Respirez profondément, ça vous détendra, relaxez vous, c’est pas la fin du monde, c’est qu’un petit contest de bmx, du calme.

11. Jouez la comédie
Le Steingraber style peut vous aider si vos concurrents sont 10 fois plus forts que vous, la grimace qui veut dire « mais je comprend pas, ce tricks passe à tous les coup d’habitude » peut vous aider, de même que celle qui veut dire « non, c’est pas de la chance, je le rentre toujours en catastrophe ce tricks ».

12. Souriez vous êtes filmé
En cas de chute, n’oubliez pas de sourire, soyez bon joueur on sait jamais si quelqu’un vous filme pour Vidéo gag ou une video de Crash.

13. Lâchez vous pour le final
C’est là que tout va se jouer ; le dernier tricks est ce que les juges garderont de vous, balancez tout, « oublis t’as aucune chance, vas -y fonce », la note vient juste après ça !!

14. En cas de loosage intégral, feignez la blessure
Si tout a foiré, l’échappatoire reste la blessure, aiie la crampe au mauvais moment, ou l’épaule qui part en vrac après une fausse chute, j’en connais que ça a bien aidé. Faut rester digne et on sait jamais, l’infirmière peut resembler à Scarlett.

Apres le contest

1. Soyez bon perdant,
Ne tapez pas le scandale, tout le monde s’en fout, fallait vous énerver pendant le contest, pas après. Si un rigolo est devant vous, c’est que vous n’avez pas su le battre, assumez votre défaite.

2. Faut être philosophe
N’oubliez pas : « ce qui ne te tue pas, te rend plus fort ». Vous êtes arrivé dernier ? C’est pas grave, car au moins vous ne pourrez faire que mieux la prochaine fois, positivez, au moins vous avez eu le courage de faire le contest. Le prochain contest, vous les exploserez tous !

En cas de victoire (peu probable)

1. Gardez profile bas
Ayez l’air étonné, vous la racontez pas trop quand même, si ça se trouve, les juges parlaient entre eux ou envoyaient des textos et ne vous ont même pas regardé !
Serrez la main des vaincus, ça fait style, et n’oubliez pas que y aura d’autres contests et qu’ils seront peut être vos juges, pensez à long terme.
A vous les femmes, l’alcool et la gloire et merci qui ?

Méthode bis :
Bon, vous vous êtes inscrit en pro pour impressionner les girls de la buvette mais vous êtes une vraie quiche et du sang de navet coule dans vos veines ? La solution, à n’utiliser qu’en dernier recours bien sur, est de se débarrasser de ses adversaires, faute de combattant, vous serez le gagnant ! Donc profitez d’un moment où vos concurrents sont occupés ailleurs et vite fait, un petit pschitt sur la valve en passant et hop le gars est gonflé à 3, il ne pourra plus lutter, un de moins. Sinon le coup de la sarbacane, un peu vieux mais efficace : munissez vous d’un tube et de fléchettes transparentes trempées dans du poison, et flooo dans le cou pendant son run, le gars sera vite calmé. Si ça marche pas, fuyez, j’ai pas d’autres conseils.

Bon courage

Photos © RedBull

Tags: , , ,